Mai 2012 : Un bistr’eau à Entremont-Le-Vieux

    Le jeudi 3 mai, une quinzaine de personnes se sont réunies autour d’un verre, d’un encas et de quelques arguments solides pour partager idées, points de vue, expériences et connaissances sur un élément clef du quotidien : l’EAU !

    JPEG - 11.8 ko
    les participants continuent les débats pendant la pause
    La Ferme de l’Ours à Entremont-le-Vieux était transformée pour un soir en " BISTR’EAU ".

    La soirée était animée par Fabien Hobléa du laboratoire EDYTEM de l’Université de Savoie.

    JPEG - 20.2 ko
    Le Guiers Mort

    Après s’être pris au jeu d’une petite animation sur des expressions relatives au patrimoine lié à l’eau, les participants ont rassemblé leurs connaissances et leurs souvenirs pour la première partie de la soirée consacrée à :

    -  La mémoire de l’eau : crues et sécheresses marquantes, patrimoine bâti lié à l’eau, usages anciens...
    -  La culture de l’eau : contes, légendes, croyances et connaissances vernaculaires, arts, fêtes et traditions...

    Si la mémoire de l’eau est encore bonne et a permis d’évoquer de nombreux évènements, en revanche, les phénomènes culturels autour de l’eau ou bien ont été oubliés ou bien n’ont jamais existé...

    - La neige était bien plus abondante il y a quelques années : on creusait des tunnels entre les maisons pour rendre visite aux voisins
    - En 1990, de grosses pluies ont provoqué des inondations dans le village de St Pierre d’Entremont et ceux avoisinant
    - A contrario, l’été 2009 a été le plus sec répertorié depuis très longtemps...

    Néanmoins, 3 communes, dont la gestion de l’eau est différente, étaient bien représentées et le débat est reparti de plus belle sur ce thème !

    Les échanges étaient axés sur la différence entre une gestion municipale, une gestion communautaire et une gestion privée.

    - Une régie municipale entraine une gestion locale à moindre frais pour les habitants.Cependant des problèmes de subvention peuvent intervenir, les Conseils Généraux ne délivrant plus de financement pour les communes qui n’appartiennent pas à une communauté de commune.
    - La gestion communautaire relève d’une gestion entre plusieurs communes. Elle reste assez locale et proche des habitants comme pour une régie municipale. L’inconvénient est que les coûts sont mutualisés et le prix de l’eau augmente forcément.
    - En gestion privée, la commune fait appel à des prestataires pour l’entretien du réseau avec le risque que cet entretien ne soit pas effectué correctement et que les coûts soient vraiment exorbitants et s’en fassent ressentir sur les factures d’eau...

    André Blampey, élu en charge de l’eau à la commune d’Entremont-le-Vieux nous a présenté le réseau d’eau potable de sa commune ainsi que les projets en cours.
    La Plagne est une source qui alimente 21 des 26 hameaux d’Entremont-le-Vieux. Il n’existe pas de réservoir tampon pour cette source : au moindre problème, 21 hameaux sont privés d’eau courante...
    Ce réservoir tampon est le gros projet de la commune, mais il coute cher et Entremont-le-Vieux ne peut obtenir des financements car elle n’appartient pas à une communauté de communes.
    La commune tente donc d’intégrer le Syndicat des Eaux du Thiers.

    [(Le but de recueillir, dans ces échanges, vos attentes, vos idées, vos témoignages, vos craintes et vos interrogations quant à la gestion de l’eau a été tout à fait atteint !)]

    JPEG - 12.5 ko
    M. Blampey (Entremont-Le-Vieux) expliquant la gestion de l’eau sur sa commune

    Après une pause au cours de laquelle les échanges n’ont pas cessé, Fabien Hobléa a repris les rennes de la soirée pour vous faire parler du devenir de l’eau.

    A chacun d’entre vous était distribué un post-it sur lequel vous deviez noter vos craintes et vos interrogations quant au devenir de l’eau.
    Les résultats ont ensuite été mis en commun, et les échanges ont recommencé, chacun était invité, s’il le souhaitait, à expliquer sa pensée.

    Quelques exemples de problèmes soulevés :
    - Pas assez d’information du public
    - Comment fera-t-on quand il n’y aura plus d’eau ?
    - Aurons-nous un jour 2 sortes d’eau : eau potable et eau pour les autres usages ?

    Après les questionnements, le temps des solutions.
    Les post-it ont changé et cette fois, vous pouviez proposer des solutions aux problèmes soulevés précédemment.

    Vos solutions :
    - Créer une fête de l’eau
    - Continuer et augmenter les démarches participatives
    - Faire connaître les stations de traitement des eaux usées par les plantes

    [(Ce qui inquiète surtout ce sont les problèmes de quantité, de qualité et de gouvernance de l’eau.
    Mais les idées ne manquent pas ni l’envie pour faire changer les choses !)]

    JPEG - 12.3 ko
    Fabien Hobléa fait le point sur les problèmes soulevés quant au devenir de l’eau

    Ces opérations ont été organisées grâce au soutien du partenaire suivant : L’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse

    JPEG - 7.9 ko